La dématérialisation des supports & ses paradoxes...

Un scoop sur le Net, un énervement passager, ou juste envie de raconter votre vie... N'hésitez plus !

Modérateurs : Membres WDA, Modérateurs complets

La dématérialisation et vous ?

Vous pouvez sélectionner 1 option

 
 
Voir les résultats

Avatar du membre
Casio
Bureau WDA
Bureau WDA
Messages : 3348
Enregistré le : 23 mars 2004, 10:55
Collectionneur (-euse) ? : Oui
Localisation : Paris XVII / FRANCE
Contact :

La dématérialisation des supports & ses paradoxes...

Message non lupar Casio » 29 févr. 2012, 01:40

Salutations,

Collectionneurs, associations, entités publiques ou simple passionnés, oeuvrant à la préservation du patrimoine numérique, et plus particulièrement ici vidéo-culturel, nous nous sommes tous retrouvés face à l'inéxorable avançée de la dématérialisation des supports.

En effet, aujourd'hui, nous pouvons encore pester car nos disquettes de BASIC Atari sont pleines de taches d'humidité et demagnétisées ou parce que nos cartouches de Frogger sur Commodore 64 sont oxydées jusqu'aux oreilles, mais savourons encore un peu ce court laps de temps restant avant que ces supports, quelqu'ils soient, avec leur défauts et leurs faiblesses mais surtout leur potentiel nostalgique, ne disparaissent.

img-4.jpg
Installation d’un ordinateur CII 10 020 (1968).


Si nous faisons le point, en opposant le plus et le moins, de manière la plus impartiale possible, voici ce que j'obtiens :

POINTS POSITIFS :
::arrow: Pérennité accrue de l'oeuvre vidéo-culturelle
::arrow: Diminution du piratage
::arrow: Baisse des prix de production
::arrow: Mises à jour régulières et automatiques
::arrow: Gain de place
::arrow: Centralisation des médias
::arrow: Installation immédiate sans avoir à se déplacer physiquement ni à attendre une heure d'ouverture
::arrow: Accroissement de titres de particuliers ou de petites compagnies n'ayant jamais eu les moyens de production en masse
::arrow: ...

POINTS NEGATIFS :
::arrow: Disparition du support comme objet de souvenir
::arrow: Mort annoncée des titres d'occasion et donc achats à prix forts !
::arrow: Raréfaction des boutiques et d'emplois
::arrow: Privation du "plaisir de l' original", face aux versions pirates notamment
::arrow: Tendance à l'alignement des prix sur la version boxed
::arrow: Les titres (plus particulièrement les jeux) deviennent des consommables : disparition des enjeux et du plaisir
::arrow: Durée de vie des titres en baisse (valable principalement dans le cas des jeux)
::arrow: Perte de qualité de développement
::arrow: Perte, à moyen terme, du matériel d'exploitation (consoles, lecteurs)
::arrow: Méfiance quant à la fiabilité d'un stockage virtuel
::arrow: Centralisation avec obligation de connexion internet ("clouding")
::arrow: Plus de diffusions "collector" avec goodies à la clef (valable principalement dans le cas des jeux)
::arrow: Obligation de validité bancaire (paiement en ligne)
::arrow: Plus de prêts possibles (valable principalement dans le cas des jeux)
::arrow: ...

N'oublions pas que la dématérialisation des supports (ou du moins de succintes tentatives) existent depuis logntemps. Pour ne citer que quelques d'exemples, je ne parlerai que des services "PlayCable" pour Intellivison ou "GameLine" pour Atari 2600, inaugurés en 1981.

playcable-unit-topview.jpg
Module Mattel "PlayCable" pour console Intellivision (1981).

pub_gameline.jpg
Module CVC "GameLine" pour Atari 2600 (1981)

Par la suite, et avec l'évolution de nos technologies de communication (Internet tout simplement), la dématérialisation devient du "pain béni" pour les majors ; que ce soit dans le cas de la musique, de la vidéo, des livres, des logiciels et donc aussi des jeux vidéos, vos biens culturels tiennent aujourd'hui dans un bout de métal et de silice de 2 cm.

Dématerialiser une oeuvre vidéo-culturelle est un plus indéniable pour un petit developpeur, qui, grace au vecteur de la toile, va pouvoir faire connaître son travail à la planète entière, à l'instar des grands maisons d'éditions. Mais qu'en est-il de la sécurité ? De la revente ? Ou simplement du côté rassurant & réconfortant qu'apporte la présence physique du média ?

Je pense, et cela n'engage que moi, qu'il faut impérativement jongler avec les deux technologies, car elles ont toutes deux de bon cotés, mais certaines plateformes doivent être maintenues dans leur dimension physique et palpable.

Et vous qu'en pensez-vous ?

whaka
Messages : 6
Enregistré le : 19 avr. 2008, 15:50
Localisation : nancy, 54

Re: La dématérialisation des supports & ses paradoxes...

Message non lupar whaka » 04 mars 2012, 18:53

dans les points positifs, et ça n'engage evidemment que moi dans cette opinion : la pollution.

et oui, le dematerialisé genere moins de pollution. il y'en a forcemment, (la consommation electrique, et le support de stockage temporaire, hdd, clé usb, carte.) mais moins de pollution au finale. puisqu'il n'y a plus l'étape de la fabrication en serie en usine. et donc moins de déchets potentiels.

ce qu'il faut aussi voir, c'est que le vieux materiel informatique, pour l'instant encore tres tres jeune sur l'echelle du temps... de notre vivant, ne genere pas directement de pollution parcequ'il est préservé... mais qu'en sera t'il dans 150-200 ans ? ou plus... que deviendrons demain les plastiques jaunissant d'aujourd'hui, les cartes electronique qui vont pourrir avec le temps (surtout les condensateurs electrolytique)... toussa toussa...
et il en va de même pour les supports materiels.

je sais pas si je suis clair dans mon point de vue ? :mrgreen:

Avatar du membre
hinac
Posteur habitué
Posteur habitué
Messages : 19
Enregistré le : 22 mars 2011, 11:08
Collectionneur (-euse) ? : Oui
Contact :

Re: La dématérialisation des supports & ses paradoxes...

Message non lupar hinac » 04 mars 2012, 21:13

Sisi, très clair!

Nous sommes dans un monde d'air vert et d'impatience... Ce qui encourage le support dématérialisé, les gens n'ont plus le temps d'aller au magasin (prendre la voiture...qui pollue, dépenser sont énergie à faire la queue chez son revendeur, perdre du temps), nous sommes arrivés à un luxe accessible à tous, le luxe d'avoir tout, tout de suite et sans effort.

Par contre le prix à payer nous coûtera cher quand nos enfants ou petits enfants nous demanderont : "pourquoi il y avait une boîte pour jouer à Barbarian sur CPC?" Où même : "A quoi tu jouais quand t'as rencontré maman (ou mamie :p )?" On aura qu'un vague souvenir de nos jeux installés sur notre pauvre vieux disque dur illisible à cause d'un bras mécanique bloqué...

Triste sort pour nos futurs collections...

Avatar du membre
DePhil
Posteur habitué
Posteur habitué
Messages : 26
Enregistré le : 07 févr. 2011, 09:41
Collectionneur (-euse) ? : Oui
Localisation : Belgique
Contact :

Re: La dématérialisation des supports & ses paradoxes...

Message non lupar DePhil » 09 juil. 2012, 09:35

Dans le domaine du jeu vidéo, la dématérialisation n'a que des avantages: du point de vue économique et dans le chef des distributeurs, bien évidemment.

Outre le fait qu'il offre à l'industrie vidéo-ludique tous les contrôles sur un plateau, il transforme le jeu vidéo en simple objet de consommation qui se jette après usage. L'obligation d'être connecté en permanence même pour une utilisation individuelle s'installe peu à peu (Diablo 3 n'est pas le premier mais augure d'une pratique qui va sans doute se généraliser) ce qui verrouille la disponibilité au bon vouloir du fonctionnement d'un serveur distant y compris lorsque le jeu se commercialise encore sur support matérialisé. A cela on peut rétorquer que les développeurs savent toujours concevoir (ou commercialiser au prix fort, pourquoi pas) un correctif afin de dépasser cette contrainte distante mais encore une fois, tout dépend du bon vouloir de ces derniers et rien n'est garanti (encore moins démontré à l'heure actuelle).

De même, les DRM sont un réel frein à la postérité même si ce genre de protection ne résiste gère longtemps au piratage (qui, quoi qu'on en pense, correspond à une subordination d'un autre genre, pour celui qui y a recourt).

Une réflexion équivalente vaut aussi pour le "Free to Play" qui porte très mal son nom et que l'on fait payer cher à l'utilisateur. A ce propos, la presse spécialisée semble tout doucement se réveiller (voir le dernier Joystick).

Au final, il faut bien constater que le jeu vidéo entre dans une nouvelle ère économique qui n'a pas d'affinité avec le long terme et la pérennité. Une raison de plus pour préserver, hors dématérialisation, tout ce qui n'entre pas dans ce contexte.

PS:
le point 3 des POINTS POSITIFS de la première intervention me rappelle qu'on prétendait la même chose à l'époque où le développement vidéo-ludique se félicitait de l'arrivée des plateformes communes et d'un système d'exploitation déchargeant toute la gestion des périphériques.
J'ai donc plus qu'un grand doute à ce sujet. La baisse des prix garantie pour un avenir meilleur reste pour moi un argument marqueting fallacieux.


Retourner vers « Blabla ... BLA ! »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité