DRIVER 3 - sur PlayStation 2 et Xbox

Discussions sur les anciennes consoles, bornes d'arcades, émulations et anciens jeux, sur toutes plateformes.

Modérateurs : Membres WDA, Modérateurs complets

Avatar du membre
Casio
Bureau WDA
Bureau WDA
Messages : 3412
Enregistré le : 23 mars 2004, 10:55
Collectionneur (-euse) ? : Oui
Localisation : Paris XVII / Jouques
Contact :

DRIVER 3 - sur PlayStation 2 et Xbox

Message non lu par Casio » 17 juin 2004, 21:39

Tanner, le flic solitaire surnomme The Driver, devra infiltrer un
reseau de trafiquants de voitures volees d'envergure internationale.
Les courses poursuites et les fusillades emmeneront Tanner dans 3
villes recreees meticuleusement avec plus de 250 kms de route : Miami,
Nice et Istambul.
Au programme : plus de 25 missions, plus de 70 vehicules entierement
destructibles (voitures, motos, camions, bateaux, scooters...), et des
innovations incroyables tel que le mode realisateur pour faire vos
propres films !
Driver 3 sera disponible le mardi 22 juin sur PS2 et Xbox !
::arrow: http://www.micromania.fr/special/driver ... river3.php

Source : Micromania.fr

Avatar du membre
Casio
Bureau WDA
Bureau WDA
Messages : 3412
Enregistré le : 23 mars 2004, 10:55
Collectionneur (-euse) ? : Oui
Localisation : Paris XVII / Jouques
Contact :

Zoom sur Driver 3

Message non lu par Casio » 26 juin 2004, 07:44

L’attente aura été longue pour voir débouler un nouvel opus de Driver sur console. Après maints reports, quelques programmeurs séquestrés, attachés de presse pendus, et testeurs disparus, le jeu est enfin dans les bacs !

Il faut remonter à novembre 2000 pour profiter du dernier Driver sur console, la PSone en l’occurrence. Les développeurs de Reflections Interactive avaient préféré ensuite sortir Stuntman, comme un "coup d’essai" préparant l’arrivée du prochain volet de la saga mettant en scène Tanner, l’agent spécial du FBI plus connu sous le nom de "The Driver".

Bon ?
Revoilà donc notre flic de choc trempé jusqu’au cou dans une sinistre affaire impliquant le syndicat du crime organisé. Vous retrouverez de vieilles connaissances en la personne de Tobias Jones, votre fidèle allié, ou encore Jericho l’homme de main de Solomon Caine ; mais également de nouvelles têtes feront leur apparition comme Calita, la froide et non moins séduisante chef de gang, et Baccus la petite frappe. D’ailleurs, Driv3r s’appuie sur une bande-son impeccable tant au niveau des bruitages, des voix – avec un jeu d’acteurs au top –, que de la musique. Le scénario bien ficelé nous fait découvrir trois destinations de rêve : Miami, Nice et Istanbul.

Les développeurs ont modélisé près de 30 000 bâtiments pour un rendu authentique des villes, des villes que vous pourrez parcourir en voiture, camion, moto, et bateau. On retrouve les physiques qui ont fait le succès de la série, à savoir très typées arcade, et l’arrivée de la Thrill cam ajoute au côté impressionnant des folles poursuites.

Mauvais
Oui, mais voilà, l’animation laisse nettement à désirer et les fréquents ralentissements gâchent notre plaisir de jeu. Si l’on peut passer outre le phénomène de clipping, la chute sensible du rafraîchissement d’images devient rapidement énervante. De plus, l’introduction des phases de jeu à pied révèle des défauts dans la décomposition des mouvements de Tanner. Plus grave, Driv3r est un véritable vivier à bugs. D’une part, la gestion des collisions des éléments 3D laisse cruellement à désirer. Certains objets occupent plus de place que leur apparence visuelle à l’écran, tandis que d’autres possèdent une physique hallucinante. Autant nous pouvons saluer les interactions avec le décor, autant voir notre personnage faire des bons de cinq mètres en arrière jusqu’à traverser les murs (ndr : vous pourrez même traverser le toit si vous vous débrouillez bien...) lorsqu’il reçoit une caisse ou un bidon sur le coin du nez relève du grotesque. Du coup, les séquences pédestres perdent beaucoup en crédibilité. On aurait pu s’en passer...

Les deux...
Toujours est-il que la prise en compte d’une cinquantaine de points de déformation dans la gestion des dégâts des véhicules donne lieu à des accidents très spectaculaires ou des phases de tir qui se transforment en gigantesque jeu de démolition. Mais pourquoi les deux-roues et les bateaux ne sont pas inclus dans cette gestion ? Si le cœur vous en dit, le mode Réalisateur donne la possibilité de monter son propre film. Le système demeure efficace mais demande une certaine pratique pour sortir des courts métrages de qualité.

Ensuite, la Conduite Libre permet de sortir du cadre des missions scriptées et les Jeux de Conduite apportent un petit plus. Le mode deux joueurs n’aura pas été retenu pour ce troisième opus, ni la possibilité de paramétrer la difficulté des forces de l’ordre, une option présente dans Driver 2. L’intelligence artificielle laisse parfois à désirer.

Et les fans dans tout ça ?
Un avertissement à tous les aficionados qui suivent les aventures de Tanner depuis ses débuts sur PSone. Si l’esprit de Driver est bien là en matière de gameplay, la réalisation approximative, le graphisme en demi-teinte, la quantité innombrable de bugs, et l’animation défaillante font que la pilule est très dure à avaler, même pour un fan. Après avoir été repoussé à de nombreuses reprises, Driv3r sort finalement en version preview. Quel dommage...

::arrow: ScreenShots : http://www.micromania.fr/zooms/?ref=23835

Source : Micromania.fr

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités